2 mars 2014

Hoi An, ancien comptoir commercial à l’architecture vietnamienne typique

Comme d’autres villes avant elle, Hanoï ne veut pas nous lâcher… nous aurons au final passé plus de 10 jours dans cette jolie capitale que nous commençons à connaître comme notre propre ville. Pas si désagréable tout ça, mais avec la fin de nos visas qui arrivent et la suite du programme qui presse, nous aimerions bien partir… mais le Festival du Têt n’arrange pas les choses, tous les moyens de transport sont complètement full d’après les dizaines d’agences de voyage que nous testons, et en plus, 2 à 3 fois plus chers qu’en temps normal ! Durant cette période, il semble que TOUS les vietnamiens se déplacent pour rejoindre leurs familles, et en même temps le tourisme « normal » continue… nous prenons notre mal en patience.

Finalement, nous partons en sleeping bus mais assis sur les 2 seules vrais sièges du bus pour 20h de trajet vers Hoi An (et non Ha Noi…). Arrivée dans la matinée en bordure de cette petite ville, nous cherchons directement à réserver notre bus pour repartir le soir même vers Ho Chi Minh City et prendre le bus là bas vers le Cambodge… mais c’est oublier notre « malédiction des frontières » !!! Ici aussi tous les bus sont full gggrrr on commence à perdre patience… nous partirons donc le lendemain matin pour 24h de bus ! Et donc une nuit à payer à Hoi An… on se pose un peu…
Café avec blanc d’œufs onctueux et gros chat dormeur…




Puis nous partons à la découverte de cette ville qui nous a été souvent conseillée… Durant les guerres au Vietnam et en Indochine, les américains, les vietnamiens et les français se sont toujours entendus pour garder cette vieille ville à l’abri des bombardements (au contraire de Ho Chi Minh City, de Hanoï et de la plupart des villes du Vietnam qui sont au moins en partie toute neuve)… et cela a marché ! Hoi An fut un des plus grands ports commerciaux d’Indochine à l’époque de la colonisation, mais l’ensablement de sa rivière a forcé les gros bateaux à se diriger plutôt vers la ville voisine, Danang, devenue maintenant un énorme port industriel et une station balnéaire à la fois… tous ces facteurs font que Hoi An a gardé un cachet authentique très appréciable. Il est possible de visiter les grandes maisons en bois des marchands chinois, les coopératives de commerces, les temples chinois, les pagodes vietnamiennes, le pont japonais… un mix d’architectures et d’ambiances différentes qui créent, au coucher de soleil, une atmosphère détendue où l’on s’attend presque à croiser les marins portugais chanter dans les bars, retour dans le temps, il y a 200 ans…












Rizières à perte de vue tout au long du trajet, on repart vers le Cambodge et des terres connues…
Contrairement à ce que nous avions entendu, le Centre et le Sud du Vietnam valent sûrement le coup d’œil ! Ce sera pour une prochaine fois !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire