3 nov. 2013

Le Monastère de Labrang

Hôtel local à Lanzhou, dans une chambre basique à 10 euros pour deux, levé à 6h du matin, nous filons à l’agence internationale de bus. Pain local, une pâte à peine cuite, on assaisonne au sucre… un peu de thé… ici l’eau chaude est gratuite partout, d’ailleurs souvent les chinois boivent l’eau chaude directement. « Chiahé » ? « Chiaha » ? 340 yuans ? 144 yuans ? Bon ce serait chouette d’être sûr où le bus nous amène… Heureusement, le nom des villes est inscrit en chinois dans le Lonely Planet ! Mini-van, puis bus, nous voilà partis !

Ici les montagnes sont sculptées de bas en haut, sur des kilomètres… rizières ? par vraiment… En Chine, tout est possible ! La suite nous le prouve. Tout au long des 250km de route, une autoroute en construction à plusieurs endroits en même temps, des dizaines de centrales à béton et usines pour assurer l’approvisionnement, plus de kilomètres de viaducs et de tunnels que d’autoroute normale, et des ouvriers chinois qui vivent sur place dans des conditions précaires. Bon, on attend de voir la suite…

Ce n’est pas triste ! On arrive dans la ville de Xiahe… grand portail d’entrée aux signes chinois, nouveaux logements en quantité, immeubles en construction, nous sommes dans le quartier chinois. Pourtant, nous pensions visiter un des monastères les plus connus du Tibet, expérimenter la vie sur le Plateau Tibétain et mieux appréhender la culture bouddhiste… mais où est ce fameux monastère ?!

Finalement après un peu de marche dans les rues pleines de restaurants et de magasins souvenirs, nous arrivons au bout de cette « petite » ville chinoise… pour découvrir enfin les murs abritant les 1174 roues de prières qui entourent tout le monastère !
Nous suivons les moines et les pèlerins, en sens horaire, tout au long de la kora, le chemin de pèlerinage, qui longe donc l’enceinte d’un village regroupant plusieurs temples et écoles et toutes les maisons des moines « en activité » à Labrang (très grand monastère, vu d’en haut, nous découvrons une véritable petite ville de maisonnettes en terre). Certains pèlerins parcourent ce chemin en s’agenouillant les mains jointes tous les 3 pas, dans un froid de canard, l’expérience semble épuisante pour eux, mais enrichissante intérieurement on l’espère. Au coucher du soleil, les lueurs rasantes magnifient les murs colorés des temples, assorti aux robes des moines bouddhistes… nous nous sentons en paix.

Le soir-même, nous nous retrouvons nez à nez avec Jessica et Alban, rencontrés rapidement à Tehran et voyageant en tandem semi-couché, ils sont accompagnés de Maxime qui rentre bientôt en France après 3 ans d’études et d’escalade en Chine. Puis c’est Peter qui arrive, notre nouveau compagnon cycliste allemand ! Pour fêter ça, direction le Nomad Restaurant, qui sert de la nourriture typique tibétaine… thé au lait de yack (une fois passé l’odeur, c’est plutôt bon…), momo (comme les baotse… à vous ne savez pas ce que c’est !lol Sorte de petits sachets en pâte à pain, le tout fourré aux légumes, à la viande, à on ne sait trop quoi…) à la viande de yack et tsampa ! La tsampa est un mélange de poudre végétale ( dur d’obtenir une vraie explication sur la provenance de cette poudre…), de lait et de beurre de yack, avec quelques morceaux de fromage de yack,… en ajoutant pas mal de sucre, ça fait un bon dessert !!!

Le jour suivant, levé 6h du matin pour accompagner les moines dans les premières prières, nous pouvons rentrer avec eux dans les temples et découvrir cette multitude de couleurs entourant les grandes statues de Bouddha… grands halls de prières emplis des murmures de mantras (OM MANI PADME OM…), les offrandes d’encens se consument lentement, dehors les roues à prières (petites, moyennes, grandes,… et toujours multicolores !) tournent en suivant les mains qui les poussent, de nombreuses personnes tournent en sens horaire autour de la grande stupa blanche,…  l’atmosphère est calme, après 2h à se balader les yeux grand ouverts, le froid se fait sentir…

Et oui, nous sommes à 3000m d’altitude ! Toute la semaine, le temps va nous gâté, soleil toute la journée et dès que les premiers rayons apparaissent, nos corps se réchauffent facilement, les aprems en terrasse sont d’ailleurs très agréables ! ;) Mais par contre le soir, la nuit et le matin, il ne faut pas oublier sa petite laine ! Car sans le soleil, les températures avoisinent plutôt le 0°C… contraste…
D’ailleurs, Sophie s’en souvient, après un shampoing à l’eau chauffée à la bouilloire car l’eau de la douche est glaciale… souvenirs de la Pamir ! Alala les montagnes, on adore ça !!! :)

Un petit mot sur la vie des moines et les relations avec les touristes. Au premier abord, nous sommes plutôt surpris pour le mode de vie : téléphone portable dernier cri vissé sur l’oreille, arrivée le matin au monastère en taxi, gros 4*4 pour les « chefs moines », restaurant entre amis le soir,…
A la fois, il est normal que ces personnes vivent au sein de notre société d’aujourd’hui, pourvu que leur objectif de détachement des possessions matériels et d’abandon des émotions négatives ne soit pas plus difficile à atteindre dans cet environnement moderne.
De toute façon, les relations avec les moines sont très limitées… tout est payant, même ici, nous sommes en Chine ! Difficile de rentrer dans les temples. Et puis les touristes chinois sont venus en grand nombre, prennent des photos partout sans beaucoup de respect, on ne demande d’être pris en photo, un peu comme des animaux de foire,…
Ils voudraient peut être un peu de calme pour se concentrer sur leur vie monastique plutôt que sur le commerce ?! Nous n’en saurons pas plus… est-ce le gouvernement chinois qui impose l’ouverture (payante) de ce type d’endroit au plus grand nombre ? Nous allons devenir parano en Chine…


























Aucun commentaire:

Publier un commentaire