12 oct. 2013

Entrée progressive dans le monde asiatique : Kasghar

Nous ne sommes pas entrés à pied par la Chine, mais à vélo… donc ça ne marche plus…

Après un mois seuls au monde dans les montagnes, malgré le fait de voyager à vélo, nous sommes projetés dans un monde nouveau, l’Asie, la Chine,… nous y sommes ! Plein de rêves et de préjugés à expérimenter directement sur place !
Nous avons du mal à nous rendre compte que nous sommes venu jusqu’en Chine à vélo, ce pays, ce continent paraît si loin de la France…

Bon, heureusement, la transition n’est pas aussi violente qu’il n’y semble… les premières régions traversées sont habitées par les peuples kirghizes et kazakhs, puis ouighours… enfin c’est beaucoup dire…
Nous entrons en fait dans la région chinoise du Xinjiang, un monstre, un sixième de la surface totale de la Chine (donc plusieurs fois la France…), la moitié recouverte par un immense désert (le désert du Taklamakan), des montagnes, un climat rude (des éoliennes plantées à perte de vue dans le désert… complètement fou !), et des ressources naturelles en quantité… le nouvel eldorado de la Chine : le gouvernement chinois veut en faire son Texas à lui ! Son couvert d’apporter de meilleures conditions de vie aux habitants de la région, des autoroutes, des voies ferrées, des usines, des immeubles, sont construits dans tous les sens, tout est neuf ici !

En fait, tout commence à la frontière, nous sortons du Kirghizistan en 10min, puis nous attendons 3 km plus loin devant l’immense portail chinois… ça annonce la couleur ! Nous sommes à l’heure de Pékin donc il est encore trop tôt pour ce dernier jour avant les vacances… puis nous entrons en Chine… grand bâtiment… on nous annonce la nouvelle qu’on connait déjà… ici nous sommes qu’à l’ « ancienne frontière », la « vraie » frontière est située à 140km d’ici… et interdit de rouler à vélo, car ça tourne trop et puis ça monte et ça descend ! On se fout de nous, ils ne nous connaissent pas ça se voit !lol Donc obligation d’y aller en taxi… ce serait pas plutôt pour nous empêcher de rencontrer les peuples vivant ici depuis des millénaires ?! Et leur endoctrinement par la Chine ?
Fouille complète des bagages (après nous les avoir fait mettre une première fois dans le taxi), vélos debout sur le toit d’un 4*4 avec tous les bagages entre les deux, à 6 dans la voiture… c’est parti sur la toute nouvelle autoroute construite spécialement ici, mais toutes les portions ne sont pas finies donc desfois c’est piste rocailleuse dans le désert !
Montagnes de toutes les couleurs, chevaux et chameaux en liberté,… nous descendons progressivement vers des altitudes plus « correctes » que celles des dernières semaines…

Nous arrivons finalement à la « nouvelle » frontière, check passeports plusieurs fois, bagages aux rayons X, ici nous n’avons pas droit de poser le coude sur le comptoir, ça y est nous sommes en Chine pour de vrai !

Et à peine arrivés, on découvre effectivement un nouveau Texas dans le désert ! Vous connaissez le jeu vidéo « Les Sims » ? Nous sommes en plein dedans ! Tu cliques sur un terrain vague…et oooppp un nouvel immeuble apparaît ! Tu veux une belle avenue… oooppp c’est fait ! Complètement dingue… nous découvrons les abords de la ville, vieux immeubles décrépis où sont parqués les minorités kirghizes et kazakhs (musulmans), et à côté les immeubles d’habitation vides destinés aux chinois Han. Partout des grandes avenues à l’américaine, des parcs de verdure en construction, des arbres sont plantés à tous les coins de rue, et un peu à l’extérieur de la ville, centrale électrique au charbon et usine à béton. Nous allons acheter des friandises chinoises et plantons la tente en bordure de ville… Hâte de manger des nems et des raviolis chinois.
D’un autre côte, depuis le Kirghizistan (pays plus riche que le Tadjikistan), et maintenant la Chine, nous retrouvons des routes plates et asphaltées, un vrai bonheur, ça roule tout seul, on a l’impression d’avoir un moteur ! On peut camper facilement, acheter de la bonne nourriture variée partout, se balader dans des marchés aux fruits et légumes, et même trouver tout ce dont nous avons besoin dans des supermarchés, accès internet ;)… nous avions oublié tous ces petits luxes de la vie. Les températures et la météo sont aussi plus clémentes. En fait, nous sommes juste de retour à  la civilisation, après un mois sur la Pamir Highway !








En guise de réveil ce matin, l’hymne chinoise qui retentit dans toute la ville…allez au travail !!!
Pressés d’être dans une ville normale, de se reposer quelques jours et de retrouver nos amis, nous faisons du stop pour aller directement à Kashgar. Plantations de maïs à perte de vue, maisons de terre aux grands portails comme en Ouzbekistan, le maïs sèchent devant les maisons, forêts sur sol aride, nous entrons en pays ouighour, ce peuple musulman vit ici depuis des siècles et création du Texas oblige, le gouvernement chinois les persécute depuis quelques dizaines d’année et organise la même « invasion » qu’au Tibet, les Han s’installent en force !

Kashgar, la capitale du coin… en 1990, avant les premières rébellions des ouighours, ils représentaient 90% de la population, maintenant c’est 50-50 avec les Han. Au cœur de la ville, le quartier ouighour est encerclé par les immeubles chinois, juste de l’autre côté de la rue, comme dans un zoo à ouighours et il est transformé en attraction pour touristes. Toutes les façades sont uniformisées et doivent porter le drapeau chinois. Mais la vie semble suivre son cours malgré tout…

Nous nous installons dans une auberge de jeunesse pour quelques jours, une vingtaine de vélos sont stationnés dans la cour, point de rassemblement des cyclistes autour du monde. On discute beaucoup, on rencontre de nouvelles personnes, on en retrouve d’autres, on bricole, on achète des billets de train, on dort, on fait des recherches sur internet, on visite, on cherche à acheter des souvenirs, on mange au night market, on mange au resto chinois, on mange dans les rues ouighours, le temps passe trop vite. Le délice des cyclistes après un mois d’abstinence. La surconsommation à du bon pour nous : on se refait une santé ! Depuis, nous sommes à Kashgar et ici la vie reprend son cours ! Ça fait plaisir. Julien n'est plus malade, Sophie arrive à dormir et on mange bien pour pas cher ! On revient à la vie « normale ».

Nous voici donc en Chine : surconsommation et très haut-débit !
Que de choses incroyables qui se passent sous nos yeux et de bons plats pour s'empifrer à nouveau. Tout le monde le dit, la Chine est folle ! Et bien nous ne sommes pas encore au cœur de la Chine mais on n'imaginait pas que ce puisse être vrai à ce point ! En fait, nos esprits d’occidentaux ne peuvent simplement pas imaginer la Chine sans l'avoir sous les yeux...



Quelques exemples :
Le night market : nouilles chinoises, fruits frais, mais aussi têtes de moutons avec la cervelle à l’air, canards laqués avec les abeilles qui bourdonnent autour, saucisses bizarres, brochettes en tout genre, œufs à la coque cuits sur la braise,…






Le marché aux animaux : Ah le livestock market ! Difficile à appréhender pour nous… au fin fond des quartiers ouighours, nous voyons de plus en plus de camionnettes « remplies » de moutons et de chèvres entassés, d’ânes, de vaches, de chevaux, mais aussi de chameaux, le tout convergeant vers le même lieu… non mais c’est quoi ce bordel ! Passé le grand portail, ce sont des milliers d’animaux bien rangés qui s’alignent devant nous, incroyable ! Des centaines de moutons au cul bien gras (Vous vous souvenez le cul gras qu’on rencontre depuis la Turquie…) jetés hors des camions avant d’être attachés à des piquets, des petites chèvres blanches qui tournent en rond dans la benne de la camionnette, dans ânes en chaleur qui se tortillent avec leurs cordes pour faire leurs affaires, et les négociations sont musclées entre les hommes aux bonnets ouighours, ça crie fort ! Plus loin, chameaux et yacks (Ils survivent à cette altitude ?!) sont examinés avec attention avant d’envisager un achat…
Tous les animaux qui nous trouvons dans de délicieuses assiettes depuis la Turquie semblent tous réunis ici, vivants et morts dans le même lieu, et subissant des traitements pas vraiment dignes… vive le végétarisme ! Vive les fruits et légumes ! Ouf, nous sommes en Chine ! Nos idées venues de l’occident sont bousculées…





















Les rues ouighours : drapeau chinois obligatoires sur toutes les façades, pâtés fourrés à la viande de mouton et au gras, mais aussi nems à la viande saupoudrés de sucre,  shop d’épices en morceaux avec possibilité de les avoir moulus sur place, marchands de babioles,…














Sunday market : immense marché, ouvert tous les jours pas que le dimanche ;), où l’on trouve de TOUT ! Surtout de la foule !








Et bien sûr, les chinois en public qui se raclent la gorge en profondeur avant de cracher le tout, qui rotent, qui pètent ? ça non plus ce n’est pas un mythe c’est clair… mais à ce point quand même !!! Désolé on n’a pas encore de photo ;)
Tout est possible en Chine !

2 commentaires:

  1. Françoise et Michel Binard ( Paimpol )1 novembre 2013 à 09:32

    Je sais que vous allez bien , je lis vos comptes rendus régulièrement. A bientôt Bisous

    RépondreSupprimer