23 août 2013

Un oasis au cœur du désert Kabir

Retour à Isfahan dans un bus local où nous sommes les seuls occidentaux (comme souvent d’ailleurs), taxi vers la station d’autobus, nous partons à la pêche aux informations entre les différents bureaux des compagnies de bus. Finalement, nous débusquons ce qui commençait à nous faire très envie…
Depuis 2-3 semaines maintenant, nous enchainons les villes, les bus, les taxis, les heures de vélo se font rares, Nael et Soan nous manquent terriblement… et surtout nous avons besoin de calme, de solitude, envie de se retrouver, d’être juste tous les 2…

Nous prenons donc un ticket de bus pour… le désert à nouveau !!! La nuit dernière nous a inspiré !
Cette fois-ci, 6h de bus pour 350km au milieu de Nothing ! La route est droite vers l’horizon, autour des dorsales de montagnes arides, brun, jaune, ocre, blanc,… la végétation se fait très rare ! Les heures se font longues lorsque le chauffeur branche la seule TV du bus avec le son à fond, nous sommes devant et n’avons d’autres choix que de regarder à nouveau ce film iranien un peu surjoué mais au moins on découvre encore plus en profondeur cette nouvelle culture du Moyen Orient.
Finalement, le bus finit par arriver à son terminus, la ville de Khur… de là un taxi nous amène très vite toujours à travers le désert, il est 20h30, nous arrivons à Garmeh,… une guest-house construite en brique de terre et magnifiquement décorée dans notre goût nous accueille. Architecture bioclimatique du désert, nous prenons des idées…

Rencontre de 3 hollandaises très sympas, nous nous laissons bercer par la musique du tambour et des poteries en céramique (magnifiquement bien manié par notre hôte), la nuit est bel et bien tombée, le vent du désert souffle, un calme profond s’installe, nous nous allongeons sur le toit en terre aux formes adaptées aux températures extrêmes du désert, les étoiles brillent de mille feux au dessus de nos têtes, nous nous endormons dans un oasis, un de ceux que nous n’avion vu que dans des documentaires… nous ne pensions pas vivre cette expérience durant un voyage vers l’Asie, pile poil ce dont nous avions besoin ! Silence et solitude…









Le lendemain, nous découvrons les palmiers, les bâtiments de terre, les chameaux,… et l’immensité du désert ! Balade avec le lever du soleil pour apprécier pleinement l’expérience… la vie se réveille…









Aucun commentaire:

Publier un commentaire